Chardon-Marie

Le chardon-Marie : la plante amie du foie

Graisses industrielles, sucre raffiné, cultures agricoles conventionnelles, alcool, médicaments, stress…

Article écrit par Fanny Antoine dans le cadre d'une collaboration avec Bioinfo

Autant de facteurs qui peuvent entraîner une surcharge du foie. Et même en menant une vie saine, on entre involontairement en contact avec des substances toxiques par le ménage, l’environnement ou le lieu de travail… Heureusement, il existe une plante, le chardon-Marie, qui protège le foie et le fait mieux fonctionner.

En tant que plus grande glande du corps, le foie a des fonctions très importantes ; traiter et stocker les nutriments, moduler de nombreuses voies métaboliques, traiter les graisses et favoriser leur digestion par une bonne production de bile. Mais non seulement les erreurs alimentaires provoquent une surcharge du foie, mais la fonction purifiante est également de plus en plus sollicitée ! Il suffit de penser aux toxines environnementales qui entrent dans la chaîne alimentaire (PCB, dioxines, métaux lourds, pesticides…), aux médicaments que nous prenons et aux substances toxiques avec lesquelles nous entrons en contact (poussières fines, peintures, laques, phtalates, détergents…) tout cela doit être rendu inoffensif dans le foie et excrété par la bile ou l’urine. Ajoutez à cela la dose quotidienne de stress et il n’est pas étonnant que le foie provoque des problèmes tels que le manque d’appétit, la mauvaise digestion (surtout des graisses), la fatigue, les nausées, les maux de tête et le manque de sommeil. 

La plante

Le magnifique chardon-Marie (Silybum marianum) contient dans ses graines un complexe de flavonoliganes hautement antioxydants : la silybine (la plus forte), la silychristine et la silydianine. Ces substances protègent les membranes des cellules du foie contre la peroxydation des lipides, ce qui améliore l’intégrité, la fonction et la survie des cellules du foie. Ses effets bénéfiques sur la détoxification du foie favorisent la liaison des substances toxiques à l’acide glucuronique en phase II et en augmentent la quantité de glutathion, un important antioxydant et détoxifiant. On observe également des effets anti-inflammatoires sur les cellules du foie, où les cellules de Küpf er hyperactives sont freinées et l’accumulation des substances inflammatoires que sont les leucotriènes et les prostaglandines de type 2 est empêchée. Le chardon-Marie augmente également la capacité de régénération des cellules hépatiques en favorisant la synthèse des protéines, freine la formation excessive de tissu conjonctif ou «   fibrose   » dans le foie, améliore l’immunité et agit de façon antivirale.

Ses nombreuses applications en médecine complémentaire

  • Protéger ou réparer les dommages causés au foie par des substances toxiques.
  • Inflammation ou hépatites: hépatite alcoolique, virale aiguë et hépatite chronique comme l’hépatite C (avec ralentissement d’augmentation d’enzymes hépatiques).
  • En raison de son effet antifibrotique, le chardon-Marie, surtout dans les premiers stades, peut inhiber la cirrhose du foie due à l’alcool, l’hémochromatose et l’hépatite chronique.
  • Inhiber ou inverser l’infiltration de la graisse dans le foie, ce qui freine l’évolution vers une inflammation chronique du foie (NASH ou stéatose hépatique non alcoolique).
  • Dans le traitement du cancer pour réduire la toxicité des produits chimiothérapeutiques, favoriser la détoxification et obtenir de meilleurs résultats.
  • En cas de diabète de type 2, réduit le taux de glucose et la charge hépatique.
  • En cas de plaintes articulaires, ef et anti-inflammatoire

Phytosome pour une meilleure absorption

Il est important de noter que le complexe actif silymarine n’est pas si bien absorbé. C’est pourquoi dans certaines études, l’effet du chardon-Marie est insignifiant. Heureusement, l’absorption du principal composant, la silybine, peut être augmentée de façon spectaculaire en se liant à la phosphatidylcholine de la lécithine de tournesol. Il a été démontré que ce « phytosome », en combinaison avec la vitamine E par exemple, a un effet très significatif dans la maladie du foie gras (NASH)