Tentes rouges

Des tentes rouges pour revenir à soi

Du temps des peuples nomades, les hommes avaient pour habitude de dresser une tente rouge pour les femmes de la tribu quand celles-ci avaient leurs lunes. Généralement, elles les avaient ensemble et le fait de s’isoler quelques jours leur permettaient de se déposer. Aujourd’hui, la Belge Jane Delespesse perpétue cette tradition.

"Le fait d’arrêter le convoi pour permettre aux femmes de se poser et de se déposer, c’était le symbole d’un profond respect pour elles et leur cycle. Nous vivons aujourd’hui dans une course effrénée où nous n’avons plus forcément l’habitude de nous écouter, et d’écouter notre corps" explique Jane, gardienne de tentes rouges et coach spécialisée dans le féminin sacré. 

Arrêter de faire pour être

Ces tentes étaient un espace de partage, de repos, d’échange, de transmission. Les mères, leurs filles, les sœurs, les cousines y partagaient leurs histoires, y parlaient de vie quotidienne, des relations, de sexualité. Durant quelques jours, elles ne faisaient rien d’autre. Gestion des enfants, cuisine et  tâches de la vie quotidiennes étaient alors assurées par les hommes.

Aujourd’hui, Jane Delespesse tend à offrir cette bulle de repos et d’auto-centrage aux femmes qui souhaitent, l’espace d’un soir, arrêter de faire pour être.

Un moment sacré

C’est au cœur même de son habitation située près de Wavre que Jane a planté sa tente. Une pièce entière parée de tissus et de petites lumières rouges pour reproduire ce cocon où l’on perd totalement la notion d’espace-temps. "Mon intention, c’est d’accompagner les femmes à prendre du temps pour elles. C’est un moment de repos et ce temps pour soi est le moment où on a cette capacité à se relier à la terre et au ciel, d’être alignée et de pouvoir ainsi recevoir des intuitions."

Si Jane donne à ces tentes une dimension sacrée, c’est car elle veut ancrer la notion de spiritualité dans la matière. "Je crée des rituels pour que les femmes puissent se relier à cette sagesse ancestrale qu’elles ont acquise depuis la nuit des temps et qu’elles ont oublié par leur éducation masculine et patriarcale." Et si tout ce qui se passe dans la tente rouge reste dans la tente rouge, on garantit que l’expérience est forte, authentique, intime et nourricière. Un vrai moment à soi et aux autres duquel on ne ressort pas tout à fait la même... ou plutôt, plus proche de soi-même. On en ressort plus à l’écoute et pleine de gratitude.  

Pour retrouver toutes les dates des futures Tentes rouges de Jane Delespesse, voici son agenda

10.01.2022
Ecoutez le podcast