Kintsugi

Le kintsugi : l’art de magnifier les fêlures avec de l’or

En Japonais, «  kintsugi  » signifie «  jointure en or  ». Un long processus qui permet de rendre un objet unique en magnifiant ses imperfections. Véritable symbole de la transformation et de la résilience.

Graphiste de formation mais aussi accompagnatrice dans le monde de l'entreprise, Emilie Somers s'adonne à un art qui fait sens en matière de changement et de développement personnel : le kintsugi. Elle donne des workshops dans son atelier de Court-Saint-Etienne. Avec un maître-mot : la patience

"Un changement qui se fait par étape"

"Quand on répare un objet, on ne peut pas aller plus vite que la machine, cela prend du temps, il y a des étapes. Si on va plus vite que la musique, cela ne fonctionne pas. Et avec l'être humain, c'et pareil" explique Emilie. Belle métaphore de la résilience qu'est cet art japonais qui consiste à prendre le temps de faire de ses failles de véritables pépites. Véritable travail d'acceptation aussi de se dire que ses fêlures, au lieu de les camoufler, on peut les accentuer   "C'est aussi une manière d'intégrer qu'un objet est unique et plus beau qu'avant" poursuit Emilie.

Symbole de transformation et de résilience

Comme chez les hommes et les femmes, s'il y a beaucoup de morceaux à rafistoler, la réparation mettra plus de temps. "Le kintsugi a cette manière de faire comprendre, de manière très concrète et visuelle la le processus psychique que nous devons mettre en place pour nous réparer, que l'on parle d'un traumatisme psychologique ou physique." C'est aussi une manière aussi de comprendre que (se) casser, ce n'est pas si grâve... et que des imperfections, on peut faire de l'or.

Des ateliers à Court-Saint-Etienne

Les ateliers se donnent en 4, voire 5 sessions de 4 heures, avec au minimum une semaine d'intervalles  "c'est la pratique qui l'impose, avec notamment un temps de séchage". Les produits nécessaires à la réparation viennent du Japon et les ateliers se donnent par deux, maximum. Si un calendrier est déjà disponible pour les prochains mois, des sessions sur demande peuvent aussi être organisées. "L'idéal, c'est que les participant.e.s apportent eux/elles-mêmes un objet à réparer car c'est plus symbolique. Mais si ce n'est pas le cas, ce n'est pas grave."

A savoir aussi que si vous avez un objet cassé auquel vous tenez beaucoup, que la technique vous séduit mais que vous ne désirez pas la pratiquer personnellement, Emilie peut aussi le réparer pour vous.

25.10.2021
Des ateliers de kintsugi à Court-Saint-Etienne