Fréquence cardiaque

AVC : les gestes simples pour l'identifier

La Semaine du Cœur est consacrée à la sensibilisation aux accidents vasculaires cérébraux.

Selon la Ligue Cardiologique Belge, 1 personne sur 4 de plus de 25 ans sera victime d'un accident vasculaire cérébral à un moment donné de sa vie.

Lorsque nous faisons un AVC, une partie de notre cerveau ne reçoit plus de sang car une artère est bouchée ou rompue. Il faut réagir vite, mais comment faire ?

Le test VITE

En cas d'un AVC, les symptômes apparaissent soudainement : paralysie brutale d'un membre ou dans le visage, perturbation sensorielle, trouble de la parole, trouble de la vision, vertiges, maux de tête soudains et violents...

 Pour aider la population à détecter les AVC, un test rapide a été mis en place :

  • V pour Visage : demandez à la victime de sourire. Vérifiez si un coin de sa bouche est de travers
  • I pour Incapacité : vérifiez que la victime est capable de marcher et demandez-lui de lever les deux bras en même temps
  • T pour Trouble de la parole : posez des questions et voyez si la victime répond normalement
  • E pour Extrême urgence : si un de ces signes est détecté, appelez immédiatement le 112

Quelle prise en charge ?

Plus la victime est prise à temps, plus elle a de chance de récupérer l'ensemble de ses capacités

Dans la plupart des cas, des anticoagulants sont administrés. Après le traitement, le patient est admis dans l'unité Stroke, en service de neurologie. Une rééducation peut parfois être nécessaire.

Comment limiter les risques

Il existe certains facteurs de risque non modifiables comme l'âge, le sexe (les hommes sont plus à risque que les femmes) et le terrain génétique.

En revanche, il existe également toute une série de facteurs sur lesquels nous pouvons agir : le tabagisme, le diabète, le cholestérol, le manque d'exercice physique, l'obésité, les maladies cardiaques et la consommation excessive d'alcool ou de drogues.

24.09.2021
Ecoutez le Temps de l'info